L’essence à base d’algues : où en est-on ?

Publié le : 12 octobre 20214 mins de lecture

Le respect de l’environnement est un enjeu très important dans les années à venir. Cela nécessite de fournir une énergie plus saine à des prix abordables et de fournir des produits qui répondent aux besoins des humains. Il est recommandé de comparer les devis ded différents fournisseurs. L’objectif est d’éviter le sol stérile à cause de toutes les matières premières en souscrivant à des offres néfastes pour la planète. Par rapport à l’année dernière, les ventes de voitures sur le marché français ont augmenté de 10,3 %.

Terres arables contre les biocarburants

Pourtant, ce biocarburant de première génération issu de plantes comestibles comme la betterave, le colza ou le blé a fait l’objet de vives critiques. Être accusé de concurrencer les ressources alimentaires entraînera également la dégradation des terres et la déforestation, entraînant des émissions excessives de gaz à effet de serre. Certains biocarburants sont même accusés d’émettre plus de dioxyde de carbone que l’essence traditionnels ou le diesel. Pour éviter ces effets néfastes, de nouveaux biocarburants dits de « seconde génération » ont été développés à partir de matières végétales lignocellulosiques : déchets forestiers, cultures non alimentaires ou résidus végétaux. Ces biocarburants évitent la concurrence directe avec les ressources alimentaires et émettent beaucoup moins de carbone.

20 ans plus tard : l’algocarburants arrivera-t-il ?

La multinationale pétrolière espère que d’ici 2025 à 2030, la maturité industrielle des biocarburants à base de microalgues. L’entreprise a raison d’être pressée : elle souligne que la production de biocarburants de meilleure qualité sera très prisée car sa nouvelle bioraffinerie de L’mède importe 300 000 tonnes d’huile de palme / an, ce qui, selon les ONG, a conduit à forêts en Asie du Sud-Est Abattage. En effet, 97 % des biocarburants dans le monde sont encore de première génération.

Une nouvelle génération de biocarburants : l’algocarburant

À cette fin, en plus des taxes financières, il existe une solution à la bioénergie (énergie renouvelable obtenue grâce à la conversion chimique de la biomasse). En fait, l’instabilité politique et la hausse des prix du pétrole dans certains pays producteurs de pétrole ont joué un rôle dans l’expansion du développement des biocarburants. Ceux-ci entrent dans un carburant naturel interchangeable avec les projets pétroliers. C’est la découverte de plusieurs pays dépendants du pétrole. En matière de nouvelles énergies vertes, la nouvelle génération en parle (sauf pour la production d’éthanol, qui selon eux peut remplacer l’essence) : les microalgues ! Il peut pousser dans tous les milieux (iode, eau), mais il a besoin de lumière et de dioxyde de carbone pour survivre. Les algues favorisent la photosynthèse, elles contribuent donc à réduire la présence de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Plan du site